Télévision sociale: Découvrez les prédictions pour 2013

Télévision sociale: Découvrez les prédictions pour 2013

Pour découvrir le futur de la télévision sociale, nous avons choisi à Seevibes de laisser la parole aujourd’hui à ceux qui la créent au Canada. Cinq professionnels de la télévision ont accepté de se prêter au jeu difficile des prédictions.

Au menu des prédictions pour 2013 sur la télévision, nous retrouvons la concurrence et l’opportunité autour du deuxième écran, expérience enrichie au-delà de télévision et défi pour les annonceurs afin offrir des campagnes de publicité qui tire pleinement profit de cette interactivité autour des émissions.

Tessa Sproule
Directrice du contenu interactif, CBC – @tessasproule

Le comportement des téléspectateurs a beaucoup évolué dernièrement et continuera à évoluer très rapidement en 2013. À l’heure actuelle, la plupart des gens qui utilisent un “deuxième écran” en regardant la télé, font en réalité d’autres activités qui ne sont pas liées au programme qu’ils regardent. Il y a là pour les producteurs de télé une opportunité de développer une expérience plus large autour de l’émission pour le téléspectateur, en créant des outils convaincants et amusants pour engager l’audience de manière significative. Mais attention, ce ne sera pas pareil pour tous les types d’émission. Le défi des producteurs est de parfaitement connaitre leur audience, l’histoire qu’ils cherchent à partager avec les téléspectateurs et comment l’audience souhaite s’engager (ou non) à travers le deuxième écran.

Le challenge de la “découverte”. Comment donner du sens aux discussions sociales canadiennes parmi le flux intense de discussions provenant du contenu américain. Nous avons besoin d’en apprendre plus sur ce que les Canadiens pensent des émissions de télévision Canadiennes, comment ils voudraient s’engager et partager leur ressentit sur ces programmes. Au-delà de la “découverte” de nouveaux programmes ou d’outils d’engagement, nous avons pour premier défi d’attirer l’attention du public.

Caroline Cloutier
Éditrice de contenu et gestionnaire de communauté, Astral Media – @carocloutier

En 2012, nous sommes entrés dans un nouvel âge d’or de la consommation de contenu dans lequel le consommateur roi exige de pouvoir consommer toute forme de média comme, et quand bon lui semble. En 2013, qui a déjà annoncée comme l’année des tablettes, cette tendance d’exiger la pleine flexibilité dans la consommation de contenu ne fera que s’accélérer. Le phénomène du deuxième écran tendra donc à devenir la norme en matière d’écoute télévisuelle, et ce, même si les applications spécialisées en télévision sociale, comme Get Glue, tarderont à être largement adoptées. On parle même déjà d’un troisième écran (télé, tablette et téléphone intelligent)!

Bien que certains téléspectateurs ajoutent une dimension sociale à leur écoute, une proportion significative est plutôt en mode « multitâche », consultant par exemple leur courriel pendant les pauses publicitaires. Ce comportement posera d’ailleurs un certain défi aux annonceurs qui devront rivaliser de créativité pour inviter les consommateurs à interagir avec leur marque. L’application de reconnaissance de mélodie Shazam vise d’ailleurs ce marché et je ne serais pas surprise que nous voyions en 2013 un nombre grandissant de publicités télé explorant ce type de technologie.

Andres Restrepo
Gestionnaire médias sociaux et communautés, ARTV – @AndresRestrepo

Un écran pour les gouverner tous… – Suivez-nous sur Twitter, Facebook, YouTube, Pinterest, Instagram. D’accord! Mais encore… La télé sociale redoublera d’efforts en 2013 pour peaufiner son jeu et tenter de courtiser un audimat qui ne sait plus où donner de la tête. Première grande tendance à surveiller : la socialisation du premier écran.

À l’heure actuelle, cet espace expérientiel est encore trop souvent mal attaché au format (ADN) de l’émission. Dans cette foulée, plusieurs expériences récentes nous ont démontré que l’interactivité, en réseau et en circuit fermé, pouvait être beaucoup plus que la 5e roue du carrosse.

Ces nouveaux formats miseront sur la synergie des plateformes, des contenus (transmédia) et une connectivité accrue aux standards de socialisation et interactivité que sont devenus les APIs de Facebook, Twitter, les apps mobiles mais aussi les sites web et le SMS, afin d’échanger, apprécier, faire parti de l’histoire et peut-être même changer le cours de celle-ci…

Elie Prudhomme
Superviseur aux contenus interactifs, V télé – @Elie_P

Nous devrions cette année voir se développer l’interactivité entre les émissions et les téléspectateurs, permise par l’intégration des stratégies numériques et sociales dès la conceptualisation des programmes. Les téléspectateurs, aujourd’hui habitués à interagir sur plusieurs écrans et plateformes lorsqu’ils regardent la télévision, en deviendront acteurs à part entière.

Qu’il s’agisse de commentaires repris en onde, de votes en direct, de jeux sociaux, jusqu’à influencer le dénouement d’un scénario comme le proposera Global lors de la diffusion d’un épisode d’Hawaii Five-0. Les mobiles et tablettes seront les supports privilégiés pour ces initiatives, qui offriront également aux annonceurs de nouvelles opportunités de rejoindre une audience active et engagée.

Frédéric Violleau
Planificateur Stratégique, TVA Interactif – @fredViolleau

Le diffuseur roi est en train de mourir: les plateformes numériques de divertissement en ligne grignotent jour après jour dans le temps alloué aux loisirs qui jadis était dominé par la télévision et ses émissions proposées par le diffuseur. Avec la vidéo à la demande et la télévision de rattrapage, le consommateur prend le contrôle de ses programmes et bouleverse la traditionnelle grille horaire, faisant fi des chaines et de leur rendez-vous du direct, mais également du moment et du support sur lequel il consomme ses émissions (TV, web, ordinateur, mobile, smart TV, frigo, micro-onde etc..) .

L’émission TV se change en marque au sens noble du terme : sa portée et ses déclinaisons dépassent largement le cadre de la télévision et de sa fenêtre de diffusion. La marque ne vit plus uniquement sur l’objet TV, elle propose un écosystème élaboré multiplateforme et interactif, avec des applications de second écran (zeebox totalise 2 millions de téléchargements en 4 semaines) ludiques, interactives et sociales. Nous allons donc probablement voir de plus en plus d’application fleurir, et disparaitre au gré des saisons des émissions. Les marques vont continuer à développer leur compétence en storytelling et en interactivité et mixer abondamment le jeu (AR, 3D, animation, FPS etc..) les interactions en temps réel, le social et les contenus générés par les utilisateurs avec une émission de télévision afin de développer des marques d’un genre nouveau.

Chacun de ces points de contact joue un rôle dans l’histoire globale de la marque, qui complète, enrichie et diversifie l’expérience de l’utilisateur avec la marque. Le rendez-vous TV reste le point de contact principal, mais jusqu’à quand?

3 commentaires

  1. JF William says:

    Un des plus intéressant développement dans le domaine du débordement de contenu demeure le ‘transmédia’ mais je doute que les budgets locaux permettent de vraiment explorer & définir le genre au Québec.

    ::INFO+
    http://jfwilliamd1.blogspot.ca/2012/12/le-transmedia-le-terrain-de-jeu-commun_3.html

Leave a comment

Votre adresse email ne sera pas affichée. Les champs requis sont marqués *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>